jeudi 17 décembre 2009

La situation financière de Chaville, la vraie!




Puisqu'une adjointe du Maire déclare dans le Chaville Magazine que la ville était au bord de la mise sous tutelle après les années de gestion de l'équipe municipale précédente, nous vous proposons d'étudier le document suivant : enquête financière des directeurs généraux.

Vous pourrez y découvrir les chiffres réunis par l'association des directeurs généraux des services des municipalités des Hauts de Seine.
On y constate que l’encours de la dette par habitant est de 840 euros à Chaville pour une moyenne départementale de 1583 euros avec 9046 euros à Levallois (Mr  Balkany), 1291 euros à Boulogne (Mr Baguet) et 1233 euros à Meudon (Mr Marseille). De plus, notre dette ayant un taux d’intérêt moyen faible de l’ordre de 3,7%, le poids des charges d’intérêt à Chaville dans les dépenses de fonctionnement est d’environ 3% alors qu’il est le double dans les villes comparables !

Il va être difficile de raconter n'importe quoi maintenant...

mercredi 16 décembre 2009

Mobilisation !




Vous avez été plus de 500 à signer la pétition lancée par Agir, le Parti Communiste et le Nouveau Parti Anticapitaliste.
Ce n'est qu'un début...


lundi 30 novembre 2009

Interview imaginaire de Jean Jacques Guillet




- Monsieur le Député –Maire, le Président de la République, dont vous soutenez l’action, a lancé, par l’intermédiaire de son ministre, Eric Besson, un grand débat sur l’Identité Nationale. Comptez-vous y participer ?
- Bien-sûr, c’est une idée très utile. Le président de la République, lors de sa récente rencontre  avec les agriculteurs du Jura, a souligné l’importance de l’attachement à   la     terre comme fondement de notre identité nationale.    

- Sous quelle forme allez-vous y participer ? Comptez-vous lancer un grand débat sur l’identité chavilloise, par exemple ?
- C’est en effet une piste intéressante.
- Mais  comment comptez-vous vous y prendre, vous qui résidez à Meudon ?
- C’est très simple, il faut être moderne et pragmatique : je vais en effet me rapprocher de l’Inspection de l’Education Nationale afin que tous les enseignants de Chaville fassent apprendre aux enfants, outre la Marseillaise, la chanson de Pierre Destailles : " Tout ça parce qu ‘au bois de Chaville, y avait du Muguet !"
Cela permettra à tous les enfants de savoir enfin que le bois de Chaville n’existe pas, mais qu’il s’agit, dans la chanson de P. Destailles, du bois de Meudon !
- Néanmoins, les paroles de cette chanson font mention du " bois de Chaville " !
- N’ayons pas une vue si étroite des choses ! La nouvelle communauté d’agglomération dans laquelle Chaville va se fondre se nomme " Grand Paris Seine Ouest " ! Vous voyez bien qu’il s’agit d’une réforme moderne, qui élargit notre vision du territoire !

- Cependant, dans votre parcours politique, vous avez été longtemps membre du R.P.F. de Charles Pasqua, qui était très clairement anti-européen !
- Je vous rappelle qu’à l’époque, une majorité de Français s’était opposée au texte sur la constitution européenne ! Mon devoir de l’époque était d’épouser cette modernité…

- Vous avez, dès le début de votre mandat de Maire, fait supprimer le logo de la Ville, qui était symbolisé par un brin de muguet, pour revenir aux armoiries des " Le Tellier ", seigneurs de Chaville, avec les lézards…
- Là encore, il fallait revitaliser l’identité chavilloise ! Il était en effet urgent de faire disparaître de l’image de Chaville, ce rappel à la symbolique du premier Mai, synonyme de jours fériés sous lesquels croule  la France ;  de plus, la connotation avec les fêtes du muguet, qui autrefois, m’a-t-on dit, ont conduit  la Ville au bord de la faillite, au seul profit d’un public exclusivement populaire, avide de distractions primaires qui les éloignaient de la valeur " travail " !
- Votre collègue M. Loison, Maire U.M.P. de Vélizy, a supprimé le logo de sa Ville qui se référait, selon lui, à des valeurs du passé, pour les remplacer par ces cercles de couleurs, afin d’aller vers la modernité…
- Vous voyez bien que la majorité soutenant le Président de la République a soif de cohérence car, ce faisant, nous avons fait un pas l’un vers l’autre dans un même souci de progrès, de modernité et de renforcement de notre identité respective !

- Pour conclure, quel est donc votre vision de l’identité chavilloise ?
- Il existe un proverbe très juste : " Qui se ressemble, s’assemble ". Vu de mon observatoire (de Meudon), il m’apparaît  essentiel que Chaville retrouve sa vocation de petit village où l’on se retrouve entre soi, le soir, dans son jardin ou sur sa terrasse, à goûter la fraîcheur forestière loin de l’agitation et des nuisances économiques ; c’est cela qu’a voulu exprimer avec force le Président de la République, fort de son expérience irremplaçable des terroirs ! Et c’est dans cet esprit que j’ai ajusté la pression fiscale à Chaville, afin de tirer la population vers le haut et de lui rendre le caractère homogène qu’elle n’aurait jamais dû perdre!

Propos prétendument recueillis par Alain Defrémont

dimanche 22 novembre 2009

N'est pas populaire qui veut.



En Suisse et en Allemagne existe le concept de marche populaire. Il s’agit d’une randonnée organisée qui rassemble généralement plusieurs centaines de participants. Sur le parcours ou à l’arrivée, il y généralement un bon repas. Aussi, il peut y a voir un ou deux parcours, plus ou moins long. Le tout est sans classement, ce n’est donc pas une course, mais une randonnée conviviale.

Voilà  donc que depuis l’année dernière, la majorité municipale UMP de Chaville lance le concept pour une marche de Chaville à Versailles, le même jour que la course à pied « Paris-Versailles ». L’idée est intéressante, et saluons au passage les braves du club Chaville Athlétisme réquisitionnés en bonne et due forme pour l’occasion. Parlons en effet de réquisition car l’on connaît les méthodes de la mairie et leurs menaces jamais très voilées sur les subventions…

Mais l’épreuve de 2009 aura fait grise mine, malgré un soleil resplendissant. D’abord, le nombre de participants est en légère diminution par rapport à 2009 (une maigre centaine) et puis on se souviendra d’une arrivée un peu chaotique à Versailles, où les organisateurs de la course à pied officielle ont exclu des paddocks de l’arrivée nos marcheurs. Point de récompense pour nos marcheurs.

Pas très sympa tout ça.

N’est pas populaire qui veut !

Thierry Besançon

jeudi 5 novembre 2009

Compte rendu succinct du Conseil Municipal du 22 Octobre2009 vu des élus du groupe Agir Ensemble




Compte rendu succinct de la réunion du Conseil Municipal du 22 Octobre2009                                                                                                  vu des élus du groupe Agir Ensemble.
     Nous avons approuvé le principe de la mutualisation des services des marchés publics de la Ville de Chaville et de la communauté d’agglomération Arc de Seine, en soulignant toutefois qu’il faudra veiller à ce que l’avantage d’une mutualisation d’une tâche complexe ne soit pas supplanté par l’inconvénient des éloignements géographique et fonctionnel.



     Nous nous sommes félicités des subventions accordées par la Ville aux opérations exemplaires de logements sociaux montées par les associations SNL 92 au 9 Avenue Edouard Branly et Habitat et Humanisme IDF au 5 rue des Blanchisseurs, en appuyant les demandes faites au Conseil Général.



     Nous avons voté pour la prolongation de la rue des Châtres Sacs sur une centaine de mètres, initiée par la précédente Municipalité en continuité de la rénovation de la Cité Emmaüs.



     Nous nous sommes abstenus sur la modification de la cession à la société Bouygues Immobilier d’un terrain communal sis au 1500 Avenue Roger Salengro. Ce promoteur avait accepté il y a deux ans un prix de cession de 780000 euros. Une association a fait un recours contre le permis de construire arguant du fait que les constructions prévues à l’arrière de l’immeuble sur l’Avenue ne respectaient pas formellement le POS. Un compromis a été trouvé entraînant une modification sans grand intérêt pour l’environnement de la Ville. Le promoteur a saisi cette opportunité pour réduire à 500000 euros le prix d’achat (500 euros de terrain pour 5000 euros du m² de prix de vente !). Dans cette opération, la commune a donc perdu 280000 euros (36 %) et  deux années.



     Nous avons voté pour l’adoption du principe de création d’un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité qui va permettre à la commune d’avoir un droit de préemption lors de la vente de locaux. Nous avons insisté sur le fait que le problème essentiel des prochaines années serait la création d’un nouveau pole commercial en Centre Ville qui doit être la locomotive du commerce local.



     Nous avons approuvé le contrat d’affermage pour la délégation de service public pour cinq ans de la restauration collective municipale dans les écoles, les centres aérés, les crèches (280000 repas par an) attribué en continuité à la société Sogeres. Nous avons insisté sur l’importance d’un suivi élargi de la mise en œuvre du cahier des charges par les parents, situation rendue plus difficile depuis la mise en sommeil de la Caisse des Ecoles.



Avant ce Conseil, notre groupe avait saisi la Municipalité de la question écrite suivante :



« Les commissions statutaires du Conseil se sont réunies ces deux dernières semaines avec comme seuls points à l’ordre du jour, les projets de délibération de ce Conseil, ce qui ne reflète que partiellement les affaires de la Ville. Or ces commissions doivent être l’occasion à partir d’un tour d’horizon initié par la Municipalité, d’aborder ces affaires, d’apporter des informations, éventuellement suivies d’un débat.



   N’ayant pas reçu ces informations sur d’importants sujets d’actualité, nous avons demandé d’inscrire à l’ordre du jour du prochain Conseil du 22 Octobre les questions suivantes, anormalement non abordées en commissions. Le Maire a fait preuve de son vif agacement quant à ces questions qui selon lui, ne sont posées que par simple esprit polémiques. C’est vrai, les chavillois sont trop bêtes pour se poser des questions, et l’opposition idiote de relayer ces questions. Dans quel monde absurde vite-on ? L’UMP a toujours raison, non ?… Enfin,  le Maire a partiellement répondu en apportant quelques informations et a manifesté son accord pour que des informations d’actualité soient données dorénavant par la Municipalité en commissions.
Conséquences pour   Chaville des modalités financières projetées du protocole financier   de fusion des agglomérations.
« Pas de conséquence     négative, peut-être même des bonnes surprises ».
Evolution constatée   des recettes du budget 2009, à fin septembre et probable à fin d’année.
« Les droits de     mutation sont conformes aux prévisions pour l’heure »
Comparaison des   ratios financiers pour 2008 avec les villes comparables et celles du   département.
Les tableaux ont     été fournis
Conséquences liées   au départ du directeur des services prévention, sécurité, vie associative,…
« Un nouveau recrutement     est prévu »
Projet de salle   intergénérationnelle: quel projet, quel lieu ?
« Dans les créneaux ».     La demande subvention entérinait donc le lieu.
Comptez vous maintenir   votre décision de mettre un terme à la collaboration régulière d’une   psychologue sur les structures de la petite enfance, malgré l’importance   de sa présence à la fois pour les familles et pour le personnel ?
« Oui, les 2 postes     sont conservés ».
Considérez vous   la formation continue pour le personnel de la petite enfance comme facultative ?
« Non ».
Quand comptez vous   programmer une réunion de restitution des contenus de la SEM 92 sur   la modification de la ZAC Centre Ville pour un montant de 133000 euros ? »
« Non, la restitution     du contenu de l’étude a été faite lors de la réunion publique     du 7 septembre ». Réunion qui aura donc coûté 133 000 €…C’en     est suivi une charge contre l’ancienne municipalité sur le coût     additionnel des études…sans jamais préciser ce que contenait l’étude     SEM 92 !! Rideau de fumée quand tu nous tiens…
Au final, le Maire a rappelé que le règlement intérieur ne prévoit pas de débat sur les questions écrites (et les réponses). Malgré tout, le Maire adj. à l’urbanisme n’a pu s’empêcher de polémiquer.
Ne sachant plus exactement s’il nous redonnait la parole dans ce conseil à la dérive, nous nous sommes tout de même exprimés sur le fait qu’en tant qu’association – et comme toute autre, nous n’avions pas à utiliser ce conseil municipal pour nous défendre. Nous avons pris acte de ses dires, et de son acharnement obsessionnel à nous réduire. Reconnaissons quand même qu’il a fait la publicité de notre prochain séminaire AGIR, en insistant sur l’un des points à l’ordre du jour, à savoir le rapprochement des forces de gauche. Merci Monsieur La Maire.

lundi 19 octobre 2009

L'exclusion du Forum était illégale!




Suite à son exclusion du Forum des associations le 12 septembre dernier pour des motifs non recevables, Agir a consulté un cabinet d'avocat pour décider des mesures à prendre à l'égard de la Mairie.
Voici la lettre envoyée au maire, qui lui rappelle la jurisprudence et lui propose une conciliation, qu'il ne manquera pas d'accepter...




mercredi 14 octobre 2009

Forcément, ils n'auront pas le droit de vote en 2014!




C'est officiel, la petite enfance n'est pas une priorité de la municipalité!

On avait déjà quelques doutes lorsque les premières mesures de restrictions s'étaient abattues sur les enfants (les plus grands) : la carte famille limitée au sport OU à la culture (sont-ils incompatibles ?), suppression de la caisse des écoles, suppression de projets scolaires (éducation à l'image, classes de neige bientôt, baisse du nombre des séances de piscine...), disparition du projet PEGASE, service minimum pour la reconstruction de la MJC dans le projet de centre ville, fermeture du centre de loisirs des petits bois. Le tout agrémenté d'une hausse substantielle des tarifs. Certes, nos petits vont bénéficier d'un groupe scolaire flambant neuf et payé clés en main. Enfin, certains d'entre eux.

Maintenant, il faut s'attaquer aux plus petits. Soyons juste : les crèches de Chaville et leur personnel sont formidables. Mais cela va être de plus en plus difficile.

Tout d'abord, plus de psychologue présente dans les structures. C'est vrai, tout le monde sait que la psychologie n'est d'aucune importance. Ni pour les parents, ni pour les éducateurs. Un enfant est forcément heureux, tout le temps et partout. Au pire, si ils en ressentent vraiment le besoin, ils peuvent toujours aller voir quelqu'un à l'extérieur. Quelqu'un qui ne peut pas observer les enfants et les adultes en situation, quelqu'un qui ne peut pas conseiller au quotidien, quelqu'un qu'il va falloir payer, et probablement quelqu'un qui ne pourra pas les recevoir tout de suite, comme si la prise en charge précoce pouvait être un gage de réussite.
Autre chose, il faut être lucide : changer une couche, c'est changer une couche. Il y a bien eu un ministre de l'éducation nationale convaincu que la maternelle était ponctuée de ces moments délicieux.
Alors à quoi bon vouloir essayer de mettre en place de la formation continue dans les crèches?
Il semble évident que cela est inutile. Inutile aussi le moment privilégié que constituent ces jours de formation, permettant aux équipes de se retrouver, sans les enfants, sans les parents.
Deux jours à débattre, à apprendre, à réapprendre. Sans doute est-ce trop demander. Mais au fait, la formation continue n'est-elle pas obligatoire ? Il faudrait voir. Au fait, cette formation continue existe depuis des années, mais elle vient d'être refusée à l'équipe d'une des crèches des Chaville.

Résumons : tout va bien dans les crèches. Aucun problème ni rien à améliorer. (Surtout si cela permet de réduire les budgets).
Réjouissons-nous, les tarifs des accueils de la petite enfance n'ont pas bougé. Forcément : ils ne dépendent pas de la mairie...

Agnès Deslis

lundi 12 octobre 2009

Les Filets verts





Info ou intox ?

Il est très louable de vouloir offrir des espaces de loisirs aux jeunes chavillois, d’ailleurs la municipalité précédente y avait pensé puisque  « Les filets verts » ont été crées par l’équipe de Jean Levain.

Le déplacement de cette installation très appréciée de nos jeunes concitoyens était inévitable puisqu’elle se trouvait sur l’emprise du chantier de la future école.

Un mauvais état n’est en aucun cas la cause de son remplacement ; ce projet faisait partie des projets pour l’équipe » Agir pour Chaville ».

L’aire de jeu n’était absolument pas VETUSTE.

Pourquoi donc afficher ce panneau (voir photo) à la prose pour le moins ambigüe, sinon pour distiller dans les esprits l’idée que la précédente équipe ne se serait pas souciée de la maintenance de ses équipements et ternir encore un peu son image ?

Rappelons aussi que c’est sous la précédente mandature qu’ont été inaugurés le gymnase Colette Besson et  le gymnase Halimi.

Il est des moyens plus élégants de pratiquer la politique…

Catherine Griveau

jeudi 24 septembre 2009

Le tract distribué en marge du Forum des Associations le 12 septembre




Pour défendre la liberté d'association à Chaville, les membres d'Agir ont manifesté sur le parvis de l'Atrium, en marge du Forum des Associations dont AGIR a été exclue par la Mairie.


dimanche 20 septembre 2009

Compte rendu succinct du Conseil Municipal du 15 septembre 2009 vu du groupe Agir ensemble




Ce Conseil portait essentiellement sur la modification de la ZAC du Centre Ville adoptée en 2006. Nous avons voté contre toutes les délibérations proposées sur ce point:

La première délibération avait trait à la clôture et au bilan de la concertation. Nous avons indiqué que celle-ci avait présenté deux défauts : sa brévité et son caractère estival, qui ont nui à sa qualité. Les remarques écrites sur le livre n’ont servi à rien car le programme présenté en Conseil est strictement identique à celui envoyé à la population fin juillet. Par ailleurs, le Conseil n’a pas joué pleinement son rôle dans l’examen de ce projet modifié. C’est maintenant la communauté Arc de Seine qui va l’adopter et le Conseil Municipal ne sera plus informé de son évolution.

Le deuxième point portait sur l’adoption des dossiers de création et de réalisation de la ZAC modifiée. Jean Levain a démontré que cette modification dénaturait le projet de 2006. Ce n’est plus un projet de Centre Ville, mais une résidentialisation en Centre Ville. Thierry Besançon a rappelé les engagements pris par le Maire lors de la réunion publique du 7 septembre sur le caractère souhaitable d’une nouvelle résidence pour personnes âgées dans le périmètre de la ZAC et sur la démolition-reconstruction de la cité Clemency. Jacques Rivier a plaidé pour une reconstruction fonctionnelle de la nouvelle MJC et pour un parking public souterrain plus grand sous la cour actuelle de Paul Bert.

Le troisième point concernait les modalités financières et patrimoniales du transfert des immobilisations d’études et de biens immobiliers de la ZAC à la communauté Arc de Seine, nouveau maître d’ouvrage. A cette occasion, nous avons soutenu que le nouveau bilan financier de la ZAC était crédible et solide, comme l’était le précédent, les fondamentaux liés notamment à la bonne valorisation des droits à construire étant inchangés. Pour des raisons de portage de trésorerie, la maîtrise d’ouvrage de la ZAC a été transférée privant ainsi le Conseil Municipal de sa responsabilité d’urbanisme sur le grand projet de la Ville.

Les autres points abordés en Conseil ont concerné : la suppression du logement de gardien du centre des Petits Bois à propos de laquelle nous avons abordé l’opération d’urbanisme qui se prépare, la dissolution de la SEM qui devait se substituer à l’association qui gère l’Atrium dans une perspective de valorisation du savoir faire chavillois dans la gestion de centres culturels, l’enfouissement des réseaux en 2010 à l’Ursine (rues Lamennais, Michelet, Jules Ferry), la convention d’objectifs pour la prestation de service unique versée par la CAF pour l’accueil des jeunes enfants marquée par un désengagement de celle ci.

mardi 1 septembre 2009

Tribune des élus du magazine de Chaville, Septembre 2009




Les Chavillois dessaisis du projet de centre ville.

Au conseil municipal du 17 juin, les élus UMP/NC et MODEM ont adopté une résolution sollicitant l’agglomération Arc de Seine pour déclarer d’intérêt communautaire la zone d’aménagement concertée (ZAC) du centre ville.
Ainsi, notre ville confie sa mission de maîtrise d’ouvrage du projet principal d’aménagement de notre commune au conseil communautaire, où seuls 8 délégués sont chavillois sur 54 (84 après la fusion avec Val de Seine au 1er janvier 2010). Elle abandonne ainsi responsabilité fondamentale d’orientation de l’aménagement de son centre ville à une communauté dominée par Boulogne Billancourt et Issy les Moulineaux ; décision qu’aucune autre ville d’Arc de Seine n’a prise, estimant essentiel le fait de conserver la maîtrise de son urbanisme. C’est notre point de vue.
Le 9 juillet, un nouveau conseil municipal a été convoqué en urgence (!), et les premières lignes du projet y ont été esquissées. Pour l’essentiel, nous retiendrons que le projet engage une très forte densification d’immeubles de logements (29 000 m2). En soit ce n’est pas une mauvaise nouvelle, malheureusement, c’est au détriment total de l’activité économique. Aucun immeuble de bureaux ou d’hôtel n’est prévu. Il n’y aura donc pas plus de vie en journée, peu d’espoir pour imaginer la survie de nouveaux restaurants ou commerces. Aussi, chacun comprendra que sans activité économique, nos finances locales souffriront par manque de taxe professionnelle et seront soumises aux arbitrages d’Arc de Seine. Les ménages complèteront (déjà 17,5 % d’augmentation d’impôts locaux en 2009...).
Egalement, alors que de nouveaux résidents arriveront, les équipements publics sont plutôt défavorisés : MJC à l’économie, petit parking public, pas de centre de loisir, pas de perspective "verte", pas de marché couvert… Ainsi, le projet est manifestement déséquilibré. Au final, derrière l’expression de "ville résidentielle" tant martelée par la majorité, c’est une ville dortoir qu’elle nous promet.
Par ailleurs, la définition de ce nouveau projet a été faite de façon précipitée sans aucun échange ou débat avec les élus ou la population, par exemple lors des Etats Généraux. Seule une concertation "légale" est programmée durant l’été. Mi-septembre tout sera bouclé à Chaville, avant transmission à l’agglomération !
Dans cette période difficile pour beaucoup, il eut été plus responsable de prendre quelques précautions avec les chavillois, tant sur le fond que sur la forme. Bonne rentrée à tous.
           
Jean Levain, Catherine Griveau, Jacques Rivier, Nelly Florent, Thierry Besançon.

dimanche 12 juillet 2009

Compte rendu succinct du Conseil Municipal du 9 juillet 2009 vu du groupe Agir ensemble




Ce Conseil exceptionnel avait pour but principal d’engager la concertation relative à la procédure de modification de la ZAC du Centre Ville.

     Le périmètre de la ZAC demeure inchangé et certains éléments perdurent. Mais des options différentes dans l’organisation globale de l’espace public et dans la programmation des constructions sont proposées par la Municipalité.



     Les Chavillois seront consultés suivant les modalités suivantes : distribution fin Juillet d’un dépliant présentant les modifications envisagées, informations dans Chaville Magazine de Septembre, exposition en Mairie du 20 Août au 7 Septembre, organisation d’une réunion publique le 7 Septembre.



     Nous avons voté contre cette délibération estimant que cette trop brève concertation était mal programmée car coïncidant avec la période des vacances et se situant avant la conclusion des Etats Généraux.



     Sur le fond, sans attendre la concertation, nous avons notamment déploré l’absence d’activités économiques et le dimensionnement trop réduit des équipements publics.



     Par ailleurs, lors de ce Conseil, une délibération a substitué la SPLA Arc de Seine Aménagement au groupement SEMEAC-SEMADS comme aménageur de la ZAC Centre Ville. Nous avons voté contre ce changement en faisant part qu’à notre avis le groupement exclu présentait des avantages supérieurs en termes de proximité et de compétence.


     Enfin, nous nous sommes aussi opposés à la délibération proposant la dissolution de la Société d’économie mixte pour l’équipement et l’aménagement de Chaville (SEMEAC), détenue à 77% par la Ville de Chaville, regrettant cette extinction d’une structure locale qui a assuré pendant plus de trente ans l’aménagement de Chaville.

mardi 23 juin 2009

Le Grand Paris Seine Ouest est né / Le Parisien




Quatre mots pour sept communes. La future communauté d’agglomération qui va regrouper Boulogne-Billancourt, Sèvres, Issy-les-Moulineaux, Chaville, Meudon, Vanves et Ville-d’Avray s’appellera Grand Paris Seine Ouest. Un nom finalement retenu par les sept maires concernés.
« Nous avons souhaité nous positionner dans le cadre de l’élargissement après le discours du président de la République sur le Grand Paris (NDLR : le 29 avril), explique Pierre-Christophe Baguet, député-maire (UMP) de Boulogne et futur président de la nouvelle entité.
Les sept villes sont liées à la Seine. L’Ouest nous situe géographiquement. »

Une agence a créé le nom

Un concours avait été lancé auprès des habitants pour trouver une dénomination à ce territoire sur lequel vivent plus de 300 000 personnes, entre le 2 février et le 15 mars. Concours auquel 1 600 personnes ont participé.
Un jury composé des élus en charge de la culture et des directeurs de la communication a retenu quatre possibilités : Seine Avenir, Paris Sud Ouest, Seine Vallée et Terres de Seine. Ce dernier terme a été écarté. Déjà déposé, il ne peut pas être utilisé. Quant aux autres… aucun ne satisfaisait réellement les élus qui ont finalement fait appel à une agence pour qu’elle planche à son tour sur la question. Le nom de baptême retenu représente finalement un digest des différentes propositions, la notion de Grand Paris en plus.
Pour sceller leur union, les élus n’ont pas de temps à perdre. Ils doivent rendre leur dossier à la préfecture le 12 juin, dernier délai. « Le préfet a validé le périmètre le 12 mars et nous a donné trois mois pour déposer les statuts et les compétences », précise Pierre-Christophe Baguet.
Pour respecter cet impératif, les sept conseils municipaux se réunissent ces jours-ci pour voter en faveur de Grand Paris Seine Ouest. Ville-d’Avray a lancé le mouvement le 25 mai. Boulogne fermera la marche le 11 juin.

Le Parisien 6 juin 2009

jeudi 28 mai 2009

Paix sociale à Chaville




Le Parisien du mardi 26 mai relate les évènements survenus dans l'avenue Roger Salengro dimanche dernier


mercredi 20 mai 2009

Témoignage sur les limites d’une politique libérale en ville




Quand nous sommes arrivés à Chaville après une longue période d’expatriation au Royaume-Uni, nous avons retrouvé la notion de « service public » si peu présent Outre-manche où tout se paye au prix fort : le logement, l’éducation, les loisirs, les transports… pour ceux, bien sûr, qui peuvent se l’offrir !
Nous avons pu apprécier un système de valeurs qui n’a plus franchement cours en Angleterre : égalité, solidarité et citoyenneté….

Nous avons mesuré, par comparaison, la qualité des projets pédagogiques proposés aux enfants, (l’écriture d’un roman ou la réalisation d’un film en classe de neige, les projets danse ou cirque, la palette d’activités sportives : piscine, escalade, VTT….), et découvert l’existence d’un quotient familial rendant tout accessible au plus grand nombre (cantine, centre de loisirs, étude, activités scolaires ou extra-scolaires).

Proposer un véritable accès à l’éducation pour tous, une palette de loisirs accessibles sont les fondements nécessaires à l’épanouissement de la communauté. C’est aussi l’assurance de ne pas favoriser la création de ghettos.

Quel est le premier endroit où l’on peut appliquer les principes d’égalité républicaine, de solidarité et de citoyenneté si ce n’est précisément notre ville ?

Alors Monsieur le Maire, laissez nos enfants continuer à s’alimenter sainement sans craindre de restrictions sur la qualité ou la quantité des repas servis au restaurant scolaire, garantissez leur l’accès à un centre de loisirs de qualité, ne rognez pas sur les budgets pédagogiques au risque de voir disparaître les projets de qualité, et inscrivez la construction de la nouvelle école dans le patrimoine chavillois plutôt que la ranger au chapitre des dépenses inconsidérées !  

S’il est des domaines où il ne fait pas bon chercher à « rentabiliser » un mode de gestion à tout crin, c’est bien celui de l’éducation…. L’éducation, comme la santé, ne se gère pas comme une entreprise sans risque d’aboutir, à l’instar de nos amis d’Outre-Manche, à la conclusion qu’on ne soigne plus un cancer après 75 ans car n’est plus suffisamment « rentable » !

Isabelle Gauchoux Bruna

mardi 5 mai 2009

Tribune des élus du magazine de Chaville mai 2009




+ 17,5% !




Telle est l’énorme augmentation des impôts locaux (taxes d’habitation et foncière) décidée pour 2009  par la majorité municipale, lors du dernier Conseil Municipal. C’est une première dans l’histoire de notre Ville. Elle résulte d’une augmentation des taux locaux de +15% qui place Chaville médaille d’argent sur le podium des hausses des 36 communes des Hauts de Seine et d’une revalorisation nationale des bases des valeurs locatives de +2,5%. En fait, la hausse réelle approchera +18%.
Le Maire, pour tenter de justifier cette augmentation, alors que la réduction de la pression fiscale a été un de ses thèmes de campagne, a adressé un message aux Chavillois dont l’argumentation est inexacte et non fondée.
Inexacte tout d’abord sur le soit disant mauvais héritage de la gestion de la Municipalité précédente :
comme l’audit l’a démontré, la situation financière de la Ville à fin 2007 était normale pour une commune comme Chaville ayant peu d’activités économiques sur son territoire. L’année 2007 a dégagé un excédent de fonctionnement jamais atteint de 2,5 M d’euros ; la capacité d’autofinancement nette a été meilleure que celle de la moyenne des villes comparables ; la dette, en diminution depuis 2005, a atteint un montant d’environ 15 M d’euros à fin 2007, dont près de la moitié a financé des réserves foncières valorisables à court terme, soit un niveau de 800 euros par habitant inférieur à la moyenne des villes des Hauts de Seine.
le budget 2008 avait été voté avec des recettes égales aux dépenses de fonctionnement. La réalisation définitive de 2008 a été conforme à cet équilibre, à l’exception de l’incidence exceptionnelle d’un jugement sur un permis de construire qui fait l’objet d’un appel de la commune. Cela prouve a posteriori que l’atteinte de l’équilibre prévue n’était pas impossible à obtenir puisqu’elle a été réalisée par les gestions successives des deux municipalités sur 2008.
Alors, comment justifier une telle augmentation fiscale ? Une réponse pertinente a été donnée par Jean Pierre Fourcade, ancien Président de la Commission des Finances Locales et ancien Maire de Boulogne, qui a critiqué les nouveaux Maires qui pensent faire un bon coup pour la suite de leur mandat, en faisant une forte hausse fiscale la 1ère année. De plus, notre Groupe a démontré en Conseil, que l’augmentation fiscale doit intervenir comme ultime recours et non comme bouclage d’un budget de fonctionnement artificiellement déséquilibré. Or, la Municipalité, en retenant des prévisions de dépenses trop élevées, des recettes trop prudentes et surtout en un niveau de capacité d’autofinancement anormalement haut, boucle son budget par une hausse très forte des impôts. Elle a fait le choix de payer comptant par des impôts d’aujourd’hui, une part du financement du nouveau groupe scolaire qui, en orthodoxie financière, aurait du être financé majoritairement en emprunts étant donné la longue durée de vie de l’équipement.
Notre groupe a voté globalement contre ce budget qui privilégie une aisance d’autofinancement de la Ville non indispensable financièrement, payée par les impôts de nos concitoyens qui éprouvent de fortes difficultés liées à la crise. Dans cette période, notre Ville aurait été mieux inspirée de les protéger plutôt que de les ponctionner.



Jean Levain, Catherine Griveau, Jacques Rivier, Nelly Florent, Thierry Besançon.

jeudi 30 avril 2009

Les échos de Chaville




La prochaine réunion publique "les échos de Chaville" aura lieu en Mairie le 27 mai prochain.

Venez rencontrer les élus du groupe Agir Ensemble pour Chaville et les adhérents de l'association pour une discussion autour de l'actualité municipale si riche en ce moment : hausse déraisonnée des impôts locaux, simulacre d'états généraux, diminution programmée des prestations sociales.
Nous vous attendons nombreux!

mercredi 29 avril 2009

Décryptage d’une folle augmentation d’impôts locaux




Tout est dit ! Dans la lettre distribuée aux chavillois, le Maire nous écrit que le budget communal 2009 est celui de la « vérité », enfin un budget « sincère » ! Or nous savons par tradition que c’est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins.

Les sentences de transparence, vérité ou sincérité sont généralement l’appareillage classique des roublards. En vieux routier de la politique politicienne que les Chavillois détestent, le Maire excelle dans l’art de la manigance, mais revenons un brin en arrière puisqu’il évoque le passé.

Mars 2008 : la campagne municipale de l’ UMP Nouveau Centre promet une « baisse de la pression fiscale ».

Or depuis 7 ans, Madame Ré, actuelle Maire Adjointe aux finances, siégeait avec assiduité à la commission des finances de l’ancienne majorité de Gauche dès 2001. Alors si la situation budgétaire était à ce point factice ou fausse, pourquoi donc la Droite a-t-elle tenu pareille promesse de baisse de la pression fiscale ? Les Chavillois ont donc à choisir entre deux maux : mensonge ou incompétence.

Mensonge ou incompétence

Comment donc décrypter cette manœuvre ? Quels intérêts pour qui ?
D’abord le mal se fait vite – sur 1 an, et le bien lentement – sur 5 ans. C’est meilleur. Au final, c’est promis, Le Maire sera jugé par beaucoup comme un excellent gestionnaire, puisqu’il escompte grâce à cette folle augmentation d’impôt, stagner enfin ( !) la pression fiscale les années prochaines. Juré, en 2014, il vous promettra enfin la baisse tant promise après un premier mandat de redressement.

La ficelle est grosse. Oui, mais plus c’est gros, plus ça passe. Sauf que !

Sauf que bien des Chavillois (et des français) sont fatigués d’être pris pour des abrutis primaires. Beaucoup comprennent la manœuvre artificielle, qui ne sert que les intérêts d’un seul homme qui vise sa propre réélection. (à la mairie ou la députation ?).
Quant aux autres conseillers municipaux de la majorité UMP Nouveaux Centre, tant pis pour eux, sherpas du Sieur GUILLET, ils devront assumer collégialement des décisions qui les mettent bien à mal. A combien de voisins et amis ont-ils promis eux-aussi la baisse des impôts durant la campagne municipale de mars 2008 ? Trahison.

Thierry Besançon

vendredi 10 avril 2009

Les enfants chavillois victimes de la crise ?



C’est une lapalissade , mais, en ces temps de crise, il est bon de réaffirmer que les enfants sont NOTRE AVENIR.

La politique  que nous avions  conduite  en matière éducative n’était pas un assemblage de dispositifs disparates.
Elle reposait sur trois axes majeurs :

- La santé : ( en application du Plan National Nutrition Santé)

* le sport à l’école avec les éducateurs du service des sports, l’apprentissage de la natation  afin que chaque enfant sache nager à la fin du CM2, les classes de neige pour les CM1, l’école des sports du mercredi.
* l’alimentation, avec une restauration scolaire de qualité, introduisant des aliments « bio ».
* la mise en route de lignes « Pédibus » afin de réhabiliter la marche à pieds, de développer la citoyenneté, de diminuer la pollution aux abords des écoles.

- La culture :

* L’éducation à l’image (jeunes écrans chavillois), avec un professionnel du cinéma.
* La fréquentation de lieux culturels tels l’Atrium afin d’y découvrir le théâtre, les contes, les spectacles musicaux.
* Les rallyes-lecture, en partenariat avec la M.J.C. et la médiathèque.
* L’écriture d’un roman, la réalisation d’un film, lors de classes de neige.

- L’Education à l’environnement et à la citoyenneté : :

* L’ex-structure PEGASE proposait des ateliers hors temps scolaire dans cet objectif.
* La caisse des Ecoles associait des élus citoyens aux décisions éducatives

La nouvelle municipalité U.M.P., sous forme de pseudo-concertations avec les directeurs d’écoles et les représentants d’associations de parents d’élèves, détricote  cette politique, en impliquant les enseignants et les parents, non pour construire et améliorer mais pour rogner, supprimer, détruire, dans le but de « faire des économies » !

Le discours tenu était de l’ordre  :

« Vous préfèreriez que l’on vous coupe le pouce ou l’index ? »

On a entendu dans la bouche d’adjoints des propos tels que :

- «  Une salle de gymnase ne suffirait-elle pas en lieu et place de l’Atrium pour les spectacles  proposés aux enfants  ?»
- « Ne faudrait-il pas diminuer les quantités de viande et les aliments « bio » dans les repas de restauration scolaire ? »
- « Ne pourrait-on pas restreindre le nombre de séances de piscine? »

Sans compter avec la volonté anti-sociale, prise pour 2009, consistant à restreindre l’accès de certaines familles à la restauration scolaire,  d’en augmenter fortement les tarifs, tout en démantelant  progressivement « la carte-famille » !

Avec, cerise sur le gâteau, une augmentation de 17,5 % des impôts locaux !!

VIVE LA BONNE GESTION U.M.P.

Alain Defrémont

lundi 6 avril 2009

Lettre Ouverte à un Meudonnais




Cher Meudonnais,

Puisque vous aimez écrire aux administrés, vous ne serez pas fâché, je pense, qu'on vous écrive pour échanger sur l'évolution de Chaville.
Oui, Chaville, la ville au muguet, vous savez ? Arraché du mobilier urbain par une main étrangère il reste enraciné, ce muguet, au cœur des Chavillois.
Chaville avait, depuis longtemps, oublié certaines pratiques. Tout n'était pas parfait, certes. Mais on y vivait honnêtement, tranquillement, avec des prestations plutôt bonnes eu égard à la faiblesse des ressources de la ville. Les impôts locaux et l'endettement restaient, avec beaucoup d'efforts, dans la zone du raisonnable.
Le personnel et la plupart des élus étaient motivés, les relations avec les autres villes excellentes et ce qui manquait de dynamisme et de qualité urbaine allait être donné par un projet de centre ville longuement étudié avec de vrais spécialistes, concerté et porté par les élus attachés à leur ville.
C'était trop beau. Au fil des années, le succès, tout relatif qu'il fût, rendit les uns jaloux, les autres inquiets, d'autres encore impatients. Un arc électrique s'est formé, soudant ces énergies disparates autour de l'importation d'un élu connu. Son professionnalisme politique a fait le reste, tant mieux pour lui.
Depuis, on dirait un nid de mésanges où les parents adoptifs doivent nourrir un jeune coucou affamé. Les faits parlent d'eux-mêmes. Après avoir promis la stabilité fiscale voire des baisses d'impôt, le nouveau pouvoir frappe fort : 17.5 % d'augmentation des impôts, un record départemental et historique à Chaville !
Pourquoi ? La faute aux prédécesseurs ? A Chaville, prétendre cela relève de la farce grossière : même l'audit commandité par la mairie a dû constater une politique financière prudente et de qualité.
L'emprunt est précisément fait pour étaler dans le temps le poids d'investissements durables. Pourquoi les Chavillois d'aujourd'hui en porteraient-ils seuls le coût puisqu'ils servent à des générations ? Y recourir raisonnablement est donc juste.
Vouloir soi-disant pré-rembourser des emprunts bon marché est donc soit de la mauvaise gestion financière, soit de la poudre aux yeux qui dissimule d'autres desseins, soit une intention qu'on ne réalisera pas pour garder en caisse une liquidité inutile : une commune n'est pas une entreprise et les élus ne doivent, surtout dans la période actuelle, ne prélever en impôts que le strict nécessaire et les faire baisser dès que c'est possible.
Et puis, de deux choses l'une : les élus aujourd'hui en charge, dont la maire-adjointe aux finances, étaient informés depuis des années, en tant qu'élus d'opposition, de la situation financière de la ville qui est publique dans ses moindres détails. Il en va de même de la SEMEAC et des instances de concertation, du centre ville, où l'opposition était représentée.
Si cette situation avait été mauvaise, ce qu'ils n'auraient pas manqué de voir s'ils étaient compétents, ils n'auraient pu oser inscrire dans leur programme électoral une baisse de la pression fiscale et augmenter ensuite les impôts de 17,5 % en frappant durement les ménages les plus modestes !
Cela aurait montré en effet qu'ils étaient soit irresponsables soit incompétents, ce que bien sûr personne ne croira. Si elle était bonne au contraire, pourquoi gaspiller aujourd'hui autant d'argent en propagande pour
s'évertuer à faire croire le contraire ? Ce serait mentir avec cynisme et personne ne les en jugerait capables.
Pardon ? Oui, bien sûr, mieux vaut aujourd'hui payer ses impôts à Meudon qu'à Chaville ! C'est vrai, et nous comprenons que vous préfériez y rester.
Quant au Centre ville et je comprends que vous ayiez encore du mal à le saisir, le projet était simple et raisonnable : concevoir un ensemble de qualité, utile, écologique, convivial et dynamique. Il était proportionné c'est-à-dire adapté à Chaville mais suffisamment important pour exister dans un marché concurrentiel et être payé par la revente de charges foncières patiemment accumulées depuis des années et non par les finances de la ville (sauf pour deux équipements publics obsolètes). Chaville était parti pour enfin faire vivre ses 18 500 habitants dans une vraie ville, avec de bons retours à terme sur l'investissement.
Pour l'instant, les destructeurs ont gagné et il n'y a plus de projet et l'on est revenu des décennies en arrière avec le social en moins. Ainsi, alors que Chaville dispose de deux sociétés d'économie mixte d'aménagement contrôlées par la ville et Arc-de-Seine, c'est bien sûr celle du 92 qui a commencé à facturer des études éparses. Le projet abouti d'une MJC moderne est abandonné au profit d'une hypothétique maison des Associations sans programme précis. Des notions élémentaires d'urbanisme comme la nécessité d'un centre ville sont même niées !...Aux orties, le marché, la grand'place, la perspective verte des Coteaux !
Mais surtout, on veut rebasculer sur la ville toutes la charges financière. Cependant, ne nous faisons pas d'illusions, les charges foncières seront, elles revendues par paquets à des promoteurs répondant à la "vocation résidentielle", lointain écho au "plateau résidentiel" dont les édiles des années 80 étaient friands…avant que les résultats de leur politique ne soient apparus aux Chavillois. Vocation résidentielle peut-être, mais pas pour tout le monde !
C'est cela, le micro-sarkozysme : aucune vision d'ensemble, aucune cohérence économique et sociale, aucun développement sérieux au bénéfice de nos enfants. Mais tout cela, seul un Chavillois peut le sentir, c'est vrai.

Je ne parlerai guère du reste, Cher Meudonnais, mais vous êtes sans doute au courant : des flots de propagande sous des formes diverses, la démotivation d'un personnel jugé par principe paresseux puisque fonctionnaire, la destruction du patrimoine artistique vivant avec l'exécution de l'Estampe de Chaville, les mesures mesquines et dispendieuses comme l'effacement du logo chavillois et son remplacement, assez symbolique du reste, par les armes de la famille de Louvois.
Par contre, les Chavillois auront bientôt droit à une démarque locale des fabuleux Etats Généraux du 92, à l'époque du passage TGV de Nicolas Sarkozy au Conseil Général. Qui s'en souvient encore…sauf les comptes du département et de divers prestataires ? Ici aussi, l'exemple vient d'en-haut, et en direct…

Un chapitre mérite toutefois une mention spéciale, celui des services au public.
"Payer beaucoup plus pour avoir moins" semble être, à Chaville, la triste déclinaison du ridicule slogan dont les Français ( ceux qui "bossent", bien sûr ) auront compris, entre temps, toute l'ironie : "Travailler plus pour gagner plus".
Les parents d'élèves ou d'enfants des centres PEGASE (rebaptisés bien sûr centres aérés car l'Education n'y est plus prioritaire) ont déjà compris ce qu'il en était et des pétitions sont en cours. L'opposition AGIR, par la voix de Jacques RIVIER, a déjà mis en garde la nouvelle municipalité contre les augmentations de tarifs qui viendraient compléter le "travail" fiscal.
Mais si le maire a voulu dissocier le vote (ultérieur) des tarifs de celui du budget, c'est évidemment dans un but précis..
Alors, quelles sont les vraies raisons de tout cela et de la mise en coupe réglée du nouveau nid ? Ce n'est pas bien difficile à deviner.
Tout d'abord, la propagande coûte cher ; le règlement des factures de prestataires gourmands, aussi. Et des élections sont proches. Pas les municipales, bien sûr mais les "vraies" : législatives, cantonales, sénatoriales. Et pour les politiciens professionnels, ces échéances ne sont pas à négliger : il y a des "cadeaux" à faire à divers publics et des alliances à conclure, aussi. Et tout a un prix.
D'autre part, en augmentant énormément la taxe d'habitation, on frappe aussi les ménages modestes. Après tout, s'ils partent faute de pouvoir joindre les deux bouts, est-ce vraiment une perte du point de vue de candidats conservateurs défendant au nom de la "vocation résidentielle" une vision sociale arriérée ?
Enfin, les débats pseudo-financiers sont l'occasion d'appliquer le vieil adage : "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose !"...pour faire diversion et pallier la mauvaise gestion du quotidien. Et l'on reboucle ici avec le budget com', les "états généraux" etc..
Tout se tient et ça marche, comme au niveau national ! O sarkozien cynisme !

Alors, se prendre aujourd'hui "du gras" fiscal, deux fois plus en gros qu'il n'en faut pour équilibrer la dérive naturelle des coûts de l'emploi et des prestations sur 6 ans, tout en essayant de faire porter lechapeau aux prédécesseurs, c'était trop tentant !
Et là, disons-le, nous ne sommes pas d'accord, nous ne partageons pas cette vision politicienne de la politique. C'est pourquoi le groupe AGIR a voté NON sur l'ensemble du budget. Les Chavillois non plus ne sont pas d'accord, y compris beaucoup des 46% qui avaient voté pour le député UMP et qui commencent à comprendre à qui ils ont affaire.
Tout cela n'est pas bien gai, vous l'admettrez, Cher Meudonnais…
Ah ! oui..j'oubliais ! En ce moment, vous voici député-maire de Chaville, comme vous fûtes premier maire-adjoint à Sèvres, candidat à Meudon, conseiller général à Nanterre. Qui sait sur quelle branche, demain,vous serez perché ? A chacun son destin et la forêt de Meudon est grande.
Mais il y a espoir : tous les coucous un jour s'envolent pour faire entendre, au joli moi de Mai – celui du muguet, justement - leur cri familier : Coucou ! Coucou !
Alors, pourquoi être pessimistes ? Un jour, le printemps du muguet reviendra. Ceux qui se sont trompés auront peut-être réfléchi, certains yeux se seront dessillés, des forces nouvelles se seront révélées et l'on repartira, car ceux qui restent ne sont nullement découragés, qu'on le sache bien !
Comment l'être en effet, quand on veut d'abord faire vivre sa ville ?

http://jeanlevain.typepad.com/reflexions/2009/04/lettre-ouverte-à-un-meudonnais.html

mercredi 1 avril 2009

Compte rendu résumé du Conseil Municipal du 27 mars 2009




Le point principal à l’ordre du jour était le budget primitif de 2009. La majorité a présenté un budget avec une hausse des taux des impôts locaux très importante de +15% à laquelle se surajoute une revalorisation des bases de +2,5%. Le débat a essentiellement porté sur ce point.
    Le budget présenté, ayant une capacité d’autofinancement anormalement haute par suite d’un suréquilibrage du fonctionnement non nécessaire, contenant certaines majorations de prévisions de dépenses et quelques prudences sur certaines prévisions de recettes, il n’est pas étonnant qu’il se boucle par une hausse très forte des impôts. Une hausse d’une telle importance est la première dans l’histoire de notre Ville. Une autre politique fiscale était possible faisant en sorte que la hausse fiscale soit l’ultime recours et ne finance pas la construction du groupe scolaire qui par suite de sa longue durée de vie doit être financée par emprunt. La majorité a fait le choix d’une certaine « aisance » de l’épargne financière de la Ville en début de mandat. Celle ci n’est pas indispensable, et va être payée par les chavillois qui ont, comme les français, des problèmes de pouvoir d’achat dans la conjoncture actuelle.
    Pour marquer notre profond désaccord, nous avons voté contre tous les articles du budget. Sur le vote spécifique des taux, notre groupe et les socialistes ont voté contre. Le MODEM s’est simplement abstenu. Notre groupe a par ailleurs défendu sans succès une augmentation moindre pour la taxe d’habitation et plus forte pour la taxe foncière.
    Au cours du débat, nous avons indiqué qu’il était inacceptable que la majorité envisage d’augmenter les tarifs municipaux en Juin alors que le budget a été bouclé par les impôts en Mars. Nous avons dit que nous soutenions la pétition signée par plus de 500 parents intitulée « pour un rééquilibrage budgétaire en faveur de nos enfants ». En matière d’investissements, nous avons dit que nous étions favorables à certains : nouveau groupe scolaire, travaux à Ferdinand Buisson, acquisition de la propriété Gallot, sécurité incendie à l’Atrium. Par contre, nous étions plus réservés sur le très haut niveau des investissements en matériels de bureau et informatique, sur une accélération vu les circonstances du programme d’enfouissement des réseaux et sur l’urgence de lancer la Maison des Associations dans l’ex école familiale pour laquelle il fallait étudier sereinement un projet raisonnable.
    Nous n’avons pas voté une délibération résiliant le marché de maîtrise d’œuvre de construction d’une MJC et d’une structure Centre de Loisirs. Mais l’autorisation de programme de l’installation de ces deux entités n’est pas annulée, de tels besoins étant reconnus nécessaires par la majorité dans le futur Centre Ville !
    Nous avons voté pour la procédure de délégation de service public de la restauration collective (écoles, centres de loisirs, crèches). Nous avons insisté sur l’importance de la concertation avec les parents d’élèves pour la définition du cahier des charges.
    Nous avons voté le lancement de la révision du POS et l’élaboration d’un PLU sur le territoire de la Commune. Il est prévu que celle-ci soit orientée par un Comité de Pilotage dans lequel Jean Levain représentera notre groupe. Par contre, nous avons dit que notre vote positif sur la procédure ne préjugeait pas notre désaccord vraisemblable avec la majorité sur le projet de Ville.
    Nous avons été favorables à la proposition de création d’un périmètre d’études « Gare Rive Droite », projet d’aménagement du haut de la rue Carnot concernant principalement des îlots de pavillons aux carrefours de la rue Carnot avec les rues Boudet et du Coteau.
    Nous avons aussi approuvé l’instauration d’un conseil communal du développement durable de Chaville de 16 membres. Nous avons indiqué que nous proposerions au Maire des noms de personnalités ou d’associations à sensibilité environnementale.
Nous avons demandé un vote séparé pour le club de foot car nous sommes opposés à la réduction de sa subvention de 5000 euros, c'est a peu près ce que coute un entraîneur par an et donc cela fait une équipe de jeunes footballeurs en moins.

jeudi 19 mars 2009

Compte-rendu du conseil municipal du 12 mars, vu d'Agir




Le point principal de l’ordre du jour portait sur le débat d’orientations budgétaires, débat d’intérêt limité car le projet de budget était déjà arrêté. La pratique antérieure d’un tel débat en Février était préférable.
Les principaux points abordés ont été les suivants :

- les réalisations définitives 2008 sont maintenant connues. Elles donnent des recettes de fonctionnement égales aux dépenses, comme le prévoyait globalement le budget primitif. Toutes les spéculations sur l’incertitude des prévisions se sont donc avérées vaines.
- les prévisions du budget 2009 de fonctionnement s’élèvent, à taux inchangé des impôts locaux, à 22,6 M euros de recettes et à 23,3 M euros de dépenses. L’écart non couvert de 0,7 M euros représente 7 % de hausse des taux fiscaux auxquels se rajoutent 2,5% de revalorisation des bases. Nous avons beaucoup insisté sur le fait que toute hausse d’impôt doit intervenir dans le bouclage en dernier recours, sans doute sans grand succès.
- le budget d’investissement est marqué par le démarrage de la construction du nouveau groupe scolaire ( 6 M euros ) financé pour environ 60 % par emprunts, ce qui n’est pas anormal étant donné la durée de vie de ce nouvel équipement. Mais la nouvelle Municipalité a une véritable phobie de nouveaux emprunts, souhaitant autofinancer une part significative des investissements par les impôts présents.
- la maîtrise des dépenses de fonctionnement a été un combat permanent de toutes les Municipalités de cette Commune, par suite de la faiblesse de l’activité économique. Seule importe dans ce domaine une action persévérante s’appuyant sur un projet d’optimisation à moyen terme.
- des pistes de possibilités de ressources existent pour le futur : mutualisation de certaines activités municipales dans l’intercommunalité, meilleur apport financier d’Arc de Seine à notre Commune, sélectivité dans le choix des dépenses courantes d’investissements, valorisation des réserves foncières. Mais malheureusement, la piste privilégiée à court terme par la Municipalité sera la hausse des impôts locaux.

A l’occasion de la présentation d’une mise à jour du tableau des effectifs, nous avons exprimé notre sensation d’une diminution sous jacente des emplois municipaux liée à une réduction de l’offre de prestations municipales et de leur qualité.

Nous avons approuvé :

- le dépôt d’une demande de démolition de bâtiment sur une propriété communale sise au 26 bis rue de Stalingrad (ex garage Porsche) pour y installer provisoirement des jeux de rue en remplacement des « Filets Verts ».
- la demande au préfet de la fusion des communautés d’agglomérations Arc de Seine et Val de Seine, sachant que la Municipalité a appris le lendemain que le préfet avait déjà donné son accord. Courteline n’est pas mort !
Par contre, nous avons exprimé notre réticence sur le financement par la Commune d’une action de développement de la citoyenneté pour les collégiens de Jean Moulin et de Saint Thomas, non pour elle-même, mais parce que nous ne souhaitons pas que la Commune participe au financement de cette action dans des établissements de la compétence du Conseil Général et parce que cette participation surajoute, par rapport à ce que prévoit la loi, un financement ponctuel concernant l’enseignement privé.  

jeudi 12 mars 2009

Assemblée générale 2009




L'assemblée générale de l'association aura lieu samedi 21 mars à 17h dans la salle Huguette Fradet, 50 rue Alexis Maneyrol.

mardi 3 mars 2009

Tribune des élus du magazine de Chaville février 2009




En avant pour une hausse des impôts locaux.

     Le débat d’orientations budgétaires vient d’avoir lieu au Conseil Municipal du 12 Mars. Contrairement à la pratique précédente où il se tenait en Février, il s’est déroulé à mi Mars alors que le budget, qui sera adopté le 27 Mars, était bouclé ; ce qui est contraire à l’esprit de la loi. Son utilité réelle a donc été limitée.

      Chacun connaît le contexte de crise dans lequel nous sommes. Pour le combattre, le plan national de relance de l’Etat est insuffisant et ne donne pas aux collectivités locales les moyens d’être, en tant qu’employeurs - investisseurs, des soutiens de la reprise économique.

      Les résultats financiers définitifs de notre Ville pour 2008 sont maintenant connus. Globalement l’excédent de fonctionnement à fin 2008 est égal à celui disponible en début d’année. Ce qui signifie qu’en 2008 les recettes ont été égales aux dépenses, ce que prévoyait le budget primitif. Toutes les spéculations sur les prévisions incertaines se sont donc avérées globalement vaines.

     Dans le document présenté en Conseil, le projet de budget de fonctionnement fait apparaître 22,6 M euros de recettes, à taux fiscal inchangé, et 23,3 M euros de dépenses, soit un écart à combler de 0,7 M euros correspondant à une hausse des taux fiscaux de 7%, se rajoutant à une revalorisation des bases de 2,5%.

      Tout budget doit être établi en retenant les prévisions qui correspondent à des probabilités moyennes de survenance. Il ne doit pas être trop prudent en n’intégrant que les événements certains en recettes et possibles en dépenses. Car dans le bouclage, il ne faut pas anticiper une hausse d’impôts qui ne doit intervenir qu’en dernier recours. Notre municipalité n’applique pas forcément ce bon principe sous couvert d’une politique dite de prudence.

     Des économies de gestion ont été faites par toutes les Municipalités depuis toujours, car Chaville n’a pas les moyens des grandes villes environnantes ayant sur leur territoire une forte activité économique. Mais dans la période de crise que nous traversons, préservons les dépenses à caractère social, car notre Ville doit d’ abord avoir, dans le contexte présent, un rôle protecteur par rapport aux plus faibles.

      Des pistes de ressources financières possibles existent. Notre intercommunalité a des moyens qu’il faudrait mobiliser plus pour notre Commune. Par ailleurs si Chaville a toujours été gérée au plus juste, elle s’est dotée de réserves foncières importantes que la mise en œuvre rapide du projet de centre ville permettrait de valoriser au profit du bien-être des chavillois, de l’activité économique locale et des finances de la Ville. Nous avons encore exposé d’autres possibilités de ressources en Conseil Municipal.

      Toutefois, comme nous l’avons dit, il est à craindre que notre Municipalité n’aille à court terme vers la facilité en amputant abusivement le pouvoir d’achat des chavillois dans ses temps difficiles par une hausse importante des impôts locaux, en utilisant de plus, pour se dédouaner, le faux argument du mauvais héritage. Mais les Chavillois ne seront pas dupes.

      Jean Levain, Catherine Griveau, Jacques Rivier, Nelly Florent, Thierry Besançon

dimanche 4 janvier 2009

Des nouvelles d'Arc de Seine




Conseil de communauté du 18 Décembre :

     

    -  Lancement de la procédure de fusion des communautés d’agglomération Arc de Seine et Val de Seine, par une lettre au préfet, adopté à l’unanimité. M Mossé (PS Meudon) a souhaité que les citoyens soient mieux informés et que les élus minoritaires des communes soient mieux représentés.


    -  Désignation des neuf représentants de la communauté au conseil d’administration de la société publique locale d’aménagement. T Besançon s’est présenté dans un vote à bulletins secrets avec 9 représentants de la majorité. Il a obtenu 11 voix, soit plus que les voix de gauche (4 voix).


    -  Adhésion d’Arc de Seine à l’association Atrium de Chaville avec D Larghero comme représentant au conseil     d’administration.


    -  Déclaration d’intérêt communautaire du Stade Marcel Bec situé à Meudon et autorisation donnée au Président pour l’acquisition de ce stade par Arc de Seine. Coût : 10,5 M euros, dont 3 par le département, 2,5 par Boulogne et 5 par la communauté. Dans le débat, il a été indiqué que c’est J Levain qui a initié cette acquisition il y a deux ans.


    -  Approbation d’un avenant à la convention pour la réalisation du prolongement de la ligne de tramway T2     jusqu’à la Porte de Versailles, relatif à la création d’une gare supplémentaire à Issy en face la DGAC.


     


    Autres nouvelles :


     


    -  Création d’un orchestre symphonique de 85 membres regroupant les meilleurs élèves des cinq conservatoires     d’Arc de Seine. Premiers concerts début Février 2009.


    -  Suite aux multiples pannes du poste d’éclairage public de Chaville en Juillet dernier, remplacement     récent de l’équipement par la communauté pour 216 K euros.