jeudi 24 septembre 2009

Le tract distribué en marge du Forum des Associations le 12 septembre




Pour défendre la liberté d'association à Chaville, les membres d'Agir ont manifesté sur le parvis de l'Atrium, en marge du Forum des Associations dont AGIR a été exclue par la Mairie.


dimanche 20 septembre 2009

Compte rendu succinct du Conseil Municipal du 15 septembre 2009 vu du groupe Agir ensemble




Ce Conseil portait essentiellement sur la modification de la ZAC du Centre Ville adoptée en 2006. Nous avons voté contre toutes les délibérations proposées sur ce point:

La première délibération avait trait à la clôture et au bilan de la concertation. Nous avons indiqué que celle-ci avait présenté deux défauts : sa brévité et son caractère estival, qui ont nui à sa qualité. Les remarques écrites sur le livre n’ont servi à rien car le programme présenté en Conseil est strictement identique à celui envoyé à la population fin juillet. Par ailleurs, le Conseil n’a pas joué pleinement son rôle dans l’examen de ce projet modifié. C’est maintenant la communauté Arc de Seine qui va l’adopter et le Conseil Municipal ne sera plus informé de son évolution.

Le deuxième point portait sur l’adoption des dossiers de création et de réalisation de la ZAC modifiée. Jean Levain a démontré que cette modification dénaturait le projet de 2006. Ce n’est plus un projet de Centre Ville, mais une résidentialisation en Centre Ville. Thierry Besançon a rappelé les engagements pris par le Maire lors de la réunion publique du 7 septembre sur le caractère souhaitable d’une nouvelle résidence pour personnes âgées dans le périmètre de la ZAC et sur la démolition-reconstruction de la cité Clemency. Jacques Rivier a plaidé pour une reconstruction fonctionnelle de la nouvelle MJC et pour un parking public souterrain plus grand sous la cour actuelle de Paul Bert.

Le troisième point concernait les modalités financières et patrimoniales du transfert des immobilisations d’études et de biens immobiliers de la ZAC à la communauté Arc de Seine, nouveau maître d’ouvrage. A cette occasion, nous avons soutenu que le nouveau bilan financier de la ZAC était crédible et solide, comme l’était le précédent, les fondamentaux liés notamment à la bonne valorisation des droits à construire étant inchangés. Pour des raisons de portage de trésorerie, la maîtrise d’ouvrage de la ZAC a été transférée privant ainsi le Conseil Municipal de sa responsabilité d’urbanisme sur le grand projet de la Ville.

Les autres points abordés en Conseil ont concerné : la suppression du logement de gardien du centre des Petits Bois à propos de laquelle nous avons abordé l’opération d’urbanisme qui se prépare, la dissolution de la SEM qui devait se substituer à l’association qui gère l’Atrium dans une perspective de valorisation du savoir faire chavillois dans la gestion de centres culturels, l’enfouissement des réseaux en 2010 à l’Ursine (rues Lamennais, Michelet, Jules Ferry), la convention d’objectifs pour la prestation de service unique versée par la CAF pour l’accueil des jeunes enfants marquée par un désengagement de celle ci.

mardi 1 septembre 2009

Tribune des élus du magazine de Chaville, Septembre 2009




Les Chavillois dessaisis du projet de centre ville.

Au conseil municipal du 17 juin, les élus UMP/NC et MODEM ont adopté une résolution sollicitant l’agglomération Arc de Seine pour déclarer d’intérêt communautaire la zone d’aménagement concertée (ZAC) du centre ville.
Ainsi, notre ville confie sa mission de maîtrise d’ouvrage du projet principal d’aménagement de notre commune au conseil communautaire, où seuls 8 délégués sont chavillois sur 54 (84 après la fusion avec Val de Seine au 1er janvier 2010). Elle abandonne ainsi responsabilité fondamentale d’orientation de l’aménagement de son centre ville à une communauté dominée par Boulogne Billancourt et Issy les Moulineaux ; décision qu’aucune autre ville d’Arc de Seine n’a prise, estimant essentiel le fait de conserver la maîtrise de son urbanisme. C’est notre point de vue.
Le 9 juillet, un nouveau conseil municipal a été convoqué en urgence (!), et les premières lignes du projet y ont été esquissées. Pour l’essentiel, nous retiendrons que le projet engage une très forte densification d’immeubles de logements (29 000 m2). En soit ce n’est pas une mauvaise nouvelle, malheureusement, c’est au détriment total de l’activité économique. Aucun immeuble de bureaux ou d’hôtel n’est prévu. Il n’y aura donc pas plus de vie en journée, peu d’espoir pour imaginer la survie de nouveaux restaurants ou commerces. Aussi, chacun comprendra que sans activité économique, nos finances locales souffriront par manque de taxe professionnelle et seront soumises aux arbitrages d’Arc de Seine. Les ménages complèteront (déjà 17,5 % d’augmentation d’impôts locaux en 2009...).
Egalement, alors que de nouveaux résidents arriveront, les équipements publics sont plutôt défavorisés : MJC à l’économie, petit parking public, pas de centre de loisir, pas de perspective "verte", pas de marché couvert… Ainsi, le projet est manifestement déséquilibré. Au final, derrière l’expression de "ville résidentielle" tant martelée par la majorité, c’est une ville dortoir qu’elle nous promet.
Par ailleurs, la définition de ce nouveau projet a été faite de façon précipitée sans aucun échange ou débat avec les élus ou la population, par exemple lors des Etats Généraux. Seule une concertation "légale" est programmée durant l’été. Mi-septembre tout sera bouclé à Chaville, avant transmission à l’agglomération !
Dans cette période difficile pour beaucoup, il eut été plus responsable de prendre quelques précautions avec les chavillois, tant sur le fond que sur la forme. Bonne rentrée à tous.
           
Jean Levain, Catherine Griveau, Jacques Rivier, Nelly Florent, Thierry Besançon.