samedi 21 décembre 2013

Compte rendu succinct du Conseil Municipal du 9 décembre 2013 vu du groupe Agir


1.
Administration générale. Finances. 

  Un débat a  lieu sur les orientations budgétaires pour l’exercice 2014. La majorité a présenté un projet de budget  en continuité sans modification des taux fiscaux. Le résultat sera que les impôts vont augmenter mécaniquement de 1% par revalorisation des bases. Notre groupe a relativisé les contraintes du contexte, évoquées dans le rapport, pour  notre Ville : baisse de la dotation de l’Etat, accroissement des prélèvements liés à la péréquation entre collectivités locales, incidence de la réforme des rythmes scolaires. En fonctionnement, notre groupe a pointé la provision de 0,8M d’euros destinée à épargner pour couvrir  la contribution de la Ville à l’équilibre final de la ZAC Centre-Ville. En investissement, il a jugé inappropriée la perspective de localisation du Service Jeunesse et Sport à l’Académie des Beaux-Arts, préférant son positionnement actuel avenue de la Résistance.

   Notre groupe n’pas pris part au vote sur le reclassementcomptable de la subvention  remboursable de 20000 euros faite au club de tennis, faisant partie de la subvention exceptionnelle de 30000 euros dont il a approuvé le versement en juin dernier. Cette absence de vote avait pour but d’appuyer notre lettre, écrite une semaine avant au Maire, pour demander des explications sur la destination précise des 30000 euros, explications non obtenues en commissions. Le Maire s’est longuement expliqué en Conseil sur la chronologie et la réalité éventuellement délictueuse des faits financiers qui se sont produits au sein du club et sur l’attitude de la Ville à ce propos. Il a conclu que la Ville allait porter plainte au motif de l’application de l’article 40 du code pénal, qui oblige les fonctionnaires ou maires informés d’un éventuel délit d’aviser le Procureur de la République.

    Notre groupe s’est abstenu sur l’engagement de dépenses d’investissement par anticipation du budget 2014, sur la mise à jour du tableau des effectifs, sur l’avenant au marché de nettoyage et d’entretien des bâtiments communaux.

2.
Aménagement urbain.

Notre groupe a voté contre le principe du déclassement du domaine public des terrains et bâtiments sis 1bis et 3 avenue de la Résistance et la possibilité de déposer sur ces terrains des demandes d’autorisations d’urbanisme, jugeant que cette opération immobilière était prématurée et la relocalisation prévue des services municipaux occupant cet emplacement, inadéquate.

Notre groupe s’est abstenu sur le protocole transactionnel  pour le versement de l’indemnité d’éviction au locataire commercial de l’hôtel-restaurant Le Rive gauche rue Anatole France.

Notre groupe s’est abstenu sur l’avenant au marché de travaux de rénovation des trois terrains couverts de tennis rue Alexis Maneyrol, par suite de la cherté de son coût global.

3 .    Projet de décret délimitant les nouveaux cantons des Hauts de Seine.

      La Préfecture prévoit la création du canton de Meudon réunissant Meudon et Chaville. Notre groupe a voté contre le vœu de la majorité du Conseil demandant la création d’un canton regroupant Chaville, Sèvres, Ville d’Avray, Marnes la Coquette et Vaucresson, préférant la proposition du Préfet.

mardi 5 novembre 2013

Corruption, quand tu nous tiens…

En dépit du changement politique, des petites phrases, des scandales vite étouffés et du courageux travail de quelques media d’investigation, la culture politique n’évolue guère dans ce pays et la corruption et les abus de pouvoir, ces cancers de la démocratie, semblent fort bien se porter, en particulier dans notre département où prospère le milieu des copains et coquins. A Levallois, au Plessis, à Puteaux et dans bien d’autres communes, le niveau à tendance à s’égaliser… par le bas. Est-ce une fatalité et ne peut-on rien y faire ? Nous ne le croyons pas et voici pourquoi.

Le premier gardien de la moralité publique, c’est le citoyen lui-même et il dispose en démocratie d’une arme forte qui est son vote. S’il refuse son suffrage à ceux, individus ou partis, qui se moquent de lui ; s’il cesse de se complaire dans des généralités comme le fameux « tous les mêmes ! » ou de zapper par principe ; s’il récompense les élus honnêtes qui travaillent et sanctionne les voleurs paresseux, alors il inspirera une saine prudence à ceux qui seraient tentés de mal faire. S’il ne le fait pas par contre, ils passeront à l’acte.

040
« Le Casino a bien raison ! »

Le second gardien, ce sont les media, à condition d’être eux-mêmes protégés dans leur indépendance tant au niveau des entreprises de presse que des journalistes. Or la pression économique du moment, la manie généralisée du court terme et la baisse du niveau éducatif, la promiscuité entre les milieux politiques et médiatiques, tout concourt à mettre en danger leur professionnalisme et leur éthique. Pourtant, l’exemple du Canard Enchaîné ou celui de Mediapart démontrent qu’on peut faire vivre des entreprises de presse indépendantes.

Le troisième, c’est non pas forcément la Loi elle-même mais une manière rigoureuse de la manier. Ainsi, peu importe le patrimoine des élus car la moralité n’est pas une question de moyens. Il est par contre inadmissible, surtout au moment où l’on exige des efforts parfois très durs du citoyen, que les investitures politiques ne tiennent aucun compte du niveau éthique des candidats ou que les partenariats public-privé servent de prétexte à des contrats confinant à la haute trahison et qu’en face les sanctions voire les poursuites fassent défaut.

Chaville-20130302-00058
Ce dont nous ne voulons plus…

Bien davantage que les textes donc, ce sont le casting politique ou judiciaire, les comportements politiques internes et externes, l’exigence professionnelle, la vigueur du débat qui permettront d’avancer. Quel est le chef d’orchestre dans tout cela ? Le citoyen à qui Internet apporte aujourd’hui une dimension critique supplémentaire. A lui de se dire qu’une démocratie en bonne santé est un excellent investissement et qu’on peut lui consacrer de temps en temps un samedi matin volé à l’Hyper du coin ou à la télé.

Les municipales à Chaville en mars 2014, seront un test. Est-il normal en effet qu’un député-maire, rejeté à Sèvres ou Meudon, n’habite pas Chaville après 6 ans de mandat ? Est-il normal qu’après avoir, selon la Cour de Justice de la République, recelé* 15 MF de rétro-commissions et sachant qu’il devrait en cas d’élection démissionner dans les 3 ans s’il est député… ou devient sénateur, il ose pourtant se présenter et discourir sur les finances publiques ? Ses amis feraient bien d’y penser, car le procureur de Nanterre a  changé…

Aux électeurs de dire si l’on peut encore se moquer d’eux. De dire si le 92 peut politiquement rester ce qu’il est c’est-à-dire ces écuries d’Augias dont parlait Patrick DEVEDJIAN ou s’il doit s’améliorer par une exigence nouvelle et constante pour devenir un département modèle. Nous croyons que c’est possible car les Chavillois ont prouvé qu’ils pouvaient, à indépendamment de la tendance nationale, dire oui à la qualité et au dévouement. C’est une bonne raison de persévérer et d’AGIR, au service comme toujours de notre ville.

Jean Levain

•    Recel : fait de détenir sciemment des choses volées…et dans ce cas de l’argent partiellement public, la SOFREMI étant partiellement détenue par l’Etat et sous sa tutelle.

jeudi 10 octobre 2013

Dérapages

A l’approche des élections, les dérives municipales s’accentuent. Mais qu’il s’agisse d’urbanisme ou d’un sujet bien différent, lapréservation de la laïcité, on voit maintenant tomber certains masques.

Au Conseil Municipal du 14 octobre, un bilan financier prévisionnel simplifié de la ZAC Centre-Ville à fin 2012, a été présenté. Entre les prévisions initiales de 2009 et celles de fin2012, le total des dépenses passe de 40 millions  à plus de 53.Ainsi, les dépenses pour les travaux de la pharmacie et de l’actuel marché passent de 1 à 2 millions € ; et 220 000  viennent alourdir les frais de voirie et de réseaux. 

Mais ce sont surtout les recettes qui baissent de plusieurs millionsentre 2011 et 2012 notamment sur les produits des ventes des terrains aux promoteurs au prétexte de la « mauvaise conjoncture immobilière ». En réalité, on a imprudemment saturé le fragilemarché chavillois avec beaucoup trop d’immobilier cher.

Le solde positif de l’opération ZAC qui était à fin 2011 de 6,8 millions €, chute donc à 2,8 fin 2012. De plus ce résultat ne tient qu’à une nouvelle contribution de la ville de Chaville pour quelque 9 millions €. En bon français, le contribuable sert à sortir les promoteurs du bourbier où ils se sont mis : à chaque étage construitc’est 1 million  payé par tous qui passe par les fenêtres.Seuls l’UMP et son Modem applaudissent cette politique injuste voire scandaleuse dans le contexte actuel.

Autre sujet, autre dérive. Voici qu’on prête des salles d’une école publique (Paul Bert) pour une célébration religieuseintercommunale (alors qu’on fait payer les mariés chavillois !). Il s’agissait ici de Yom Kippour mais pourquoi pas alors pour des fêtes musulmanes ou chrétiennes Et comment nos enfantscomprendront-ils la nécessité d’un espace – l’Ecole publique,protégé des influences confessionnelles, s’ils le voient livré à un tel usage au mépris de leur confort (il pleuvait ce jour-là) voire de leur sécurité Un culte, peu importe lequel, n’a pas sa place dansl’Ecole laïque au moment même où le ministre en rappelle les valeurs.

On le voit bien, c’est à leurs actes qu’il faut, au travers du votepopulaire en particulier, juger ceux qui se prétendent gardiens denos deniers ou de la Laïcité républicaine, non à leur discours. A l’électoralisme politicien, préférons les bonnes valeurs et l’actioncitoyenne désintéressée.

vendredi 13 septembre 2013

Agir au forum



La rentrée bat son plein et le forum des associations se déroulesamedi prochain14 septembre sur le parvis de l'atrium.

Venez ainsi retrouver notre association AGIR pour Chaville  et soutenir Thierry Besançon notre candidat pour les élections municipales au forum des associations.


Aussi nous vous invitons à participez si vous le souhaitez, 
à notre traditionnelle photo de famille citoyenne, 
à 12H00 sur le parvis de l'Atrium


mardi 2 juillet 2013

Stationnement payant partout à Chaville ?

Voici qu’en réunion publique, le maire a laissé entendre que s’il était réélu en 2014 bien sûr, toutes nos rues y auraient droit. Peu importe qu’il s’agisse d’un projet technocratique venu de GPSO ou de taxer indirectement les Chavillois par l’abonnement ; le fait est que l’idée n’est adaptée ni aux problèmes de la ville ni aux moyens de beaucoup de citoyens.

jeudi 20 juin 2013

Chiens et chats sont nos amis!!!




Chaville avait su, dès les années 90, lancer un partenariat avec leurs maîtres grâce à des médiateurs professionnels : le traitement purement technique des nuisances est souvent inefficace voire contre-productif. Encore faut-il consacrer à cette démarche les moyens nécessaires et l’élargir encore. Ainsi, l’offre des sacs et pelles de ramassage pourrait se faire dans tous les magasins commercialisant des produits pour animaux, pas seulement dans des distributeurs de rue souvent vides.

mardi 18 juin 2013



Chaville doit être un chœur vivant, comme celui de la MJC : 
des couleurs, de la sincérité, de l’enthousiasme que l’on donne et que l’on partage avec les chavillois.  Nous ne voulons pas d’une ville mise à l’encan, confite dans l’égoïsme et le quant à soi, qui exclue progressivement les uns ou les autres. 

Nous voulons au contraire une commune qui ait un sens, qui rassemble, qui joue ses atouts. Pour ça un mot, un verbe, un idéal : AGIR !

lundi 17 juin 2013

Recette pour enterrer le logement pour tous!!

 

 1. Séparer le Service Logement du CCAS et de l’action sociale 


 2. Lui trouver un lieu très discret,  par exemple à l’ombre du Casino, dans une ex-permanence électorale UMP


3. Diminuer drastiquement  ses horaires d’ouverture 


4. Réduire l’offre de logements bon marché  en  laissant  construire le maximum d’espace disponible au-dessus de 6 500 €/m2.




samedi 15 juin 2013

Agir pour Chaville sur Twitter !!!

Après le nouveau blog, la page Facebook  vous pouvez suivre notre actualité aussi sur Twitter !!!! 

En dépit du bon sens !

La municipalité et GPSO viennent d’installer une station AUTOLIB juste en face du « clos Fleuri », zone commerciale au milieu de l’avenue Roger Salengro (banque, fleuriste, pharmacie, services)

1. Des autolib (initiées par la Région !) à Chaville, oui bien sûr mais près des habitations, non des commerces dont elles stérilisent toute la journée l’espace de stationnement .

2.  Une énorme “banquette” latérale de l’avenur sert surtout de crottoir sauvage à chiens alors qu’il est facile d’y prélever une ligne supplémentaire de stationnement-minute pour les clients des commerces et banques.

3. A quoi servent les énormes moyens du Conseil Général et de GPSO, à quoi servent les élus locaux s’ils sont incapables de résoudre un problème aussi simple ?

4. Dès 2014, il est possible d’AGIR et de transformer intelligemment cet espace au bénéfice de la convivialité et du commerce local : nouvelles places de stationnement mais aussi espace d’été convivial.

5. Une pétition à signer est disponible à la Pharmacie des écoles 

lundi 3 juin 2013

Une parenthèse à refermer


Voici cinq ans l’UMP a repris la main à Chaville. Un petit nombre d’ électeurs déçus par la rupture à gauche du contrat de mandature, abusés par une astucieuse propagande prétendant menacées les finances de la commune ou tout simplement attachés au principe de l’alternance, avait en effet suffi à faire basculer la majorité. Ils voulaient voir. Ils ont vu.
En cinq ans, la parenthèse a déjà permis de vendre une bonne partie des emprises publiques au bénéfice de la promotion alto-séquanaise. Comme au Plessis-Robinson, à Levallois ou à Vaucresson, dont les élus ont bizarrement tous des problèmes avec la Justice, la municipalité a un seul chouchou : la construction chère, stérilisante pour l’économie et la vie locale et de toutes façons inaccessible aux jeunes ménages. L’activité, c’est pour ailleurs ; nous c’est la droite résidentielle…Telle est, au-delà du discours, leur vraie doctrine.
La lecture du plan de Chaville est révélatrice : alors que sur les plans économique, social, convivial, culturel, rien ne se fait de nouveau et même l’on recule constamment, alors que les impôts n’ont cessé d’augmenter pour une prestation moindre, alors que la gestion UMP de GPSO ne démontre aucune économie d’échelle, on déroule le tapis rouge aux amis promoteurs. Là où ils peuvent construire, on les aide. Là où ils ne peuvent (encore) le faire, le bâti existant est abandonné en attendant sans doute de pouvoir modifier l’urbanisme.
Ainsi après la vente des terrains proches du collège à la Franco-Suisse et l’invasion des terrains du Tennis, on cherche maintenant à grever, sous prétexte de synergie, le projet associatif MJC de l’espace actuellement dévolu avenue de la Résistance, au service municipal Sports et Jeunesse. Cette ingénieuse idée permettrait à la fois de reprendre doucement en main une activité aujourd’hui indépendante de la mairie tout en préparant un nouveau « coup » immobilier.
Encore faudrait-il que la parenthèse actuelle se prolonge, permettant de continuer à vendre l’espace public restant. Or, cette pratique est très néfaste. Empêchant tout urbanisme de qualité, elle tue le vivre ensemble, donne en pleine crise la priorité à l’égoïsme sur la solidarité active, aux activités d’emploi non pérenne sur les autres. Elle est anti-écologique, car elle favorise la prolifération du transport urbain. Elle nuit à la sécurité en concentrant le revenu et en favorisant l’absentéisme diurne. Elle induit des coûts sociaux non négligeables.
Nous croyons, nous et l’avons prouvé, qu’une autre politique est non seulement possible mais nécessaire. Pour cela, il faudra fermer bien vite la parenthèse et reprendre, par l’action rassemblée d’élus associatifs et de progrès, le chemin de la construction d’une vraie ville.

vendredi 3 mai 2013

L' avenir pour Chaville!!!

Nous sommes aujourd'hui à un des élections qui demain décideront de l'avenir de Chaville.

 Comme vous, nous aimons notre commune et dans le respect de son environnement, nous souhaitons qu'elle s'épanouisse à travers des valeurs que notre association citoyenne de Chaville depuis des années à toujours su mettre en valeur. Des notions comme la famille, l'éducation, la nature.

 Demain, avec vous et grâce a vous nous pouvons ensemble faire de notre ville, une ville avec un autre visage que celui de l'actuelle municipalité  Un visage humain, dynamique, redonnant à Chaville un second souffle. 



Alors c'est maintenant qu'ensemble faisons bouger les choses. AGIR regroupe des chavillois qui aiment leur ville, alors n'hésitez pas pas à nous rejoindre, nous interpellez. Car votre opinion nous intéresse. 

mercredi 17 avril 2013

Encore des impôts…mais pour quoi faire ?

Les élus UMP/Nouveau Centre et leur élu « Modem » local l’auront voulu : + 1,8%. C’est ce que liront
les Chavillois sur leur feuille d’impôts. Inutile d’invoquer les bases d’imposition, la Gauche, la Droite,
les bilans précédents, les banques et coetera, cette hausse est et reste inutile.

Ainsi s’achève le bilan de Jean-Jacques GUILLET, député devenu maire. C’est en effet le dernier
exercice budgétaire complet avant les municipales de 2014. Après un inutile pic de taux de 15% suivi
de deux descentes à 5% le yo-yo fiscal repart, dessinant le profil d’une étape de montagne du Tour
de France … Amateurisme ? Non, dopage de propagande calculé par un élu qui devrait pourtant
s’interdire de parler finances et celles de Chaville ont toujours été saines.

Dernier en date et triste subterfuge, il fait dénoncer par sa majorité les règles de péréquation entre
collectivités « riches » et « pauvres ». On en veut aux communes riches, paraît-il. Les pauvres !
Subterfuge car notre richissime agglomération GPSO compensera Chaville. Triste car même en temps
de crise, la solidarité ne fait pas partie du vocabulaire de la plupart de ces élus.

Ils cherchent au contraire à faire oublier, par des effets d’annonce sur des investissements colossaux
(15 millions soit les 2/3 du budget de la ville !!!) et malgré nos observations, leur désintérêt pour les
vrais sujets chavillois. C’est vrai de leur faible réactivité face au déficit d’enseignants dans les écoles
(contrecoup prévisible des « réformes » sarkozystes). C’est vrai de la forte baisse des budgets sociaux
pourtant critiquée, à juste titre, par nos Associations. C’est vrai aussi de la sécurité publique.

Arnaques aux numéros d’appel inondant les boîtes aux lettres, non-gestion des copropriétés
commerciales attirant un commerce interlope, rues toujours plus sales encourageant l’incivisme,
recrudescence des cambriolages organisés en particulier vers l’Ursine, mauvaise gestion des caméras
de surveillance, avenue Salengro accidentogène alors qu’il faudrait toujours davantage protéger et
encourager piétons et vélos par des circulations continues, bâtiments abandonnés depuis cinq ans.

Se contenter d’asticoter la Police Nationale ou de faire installer des radars « rentables » hors les
murs n’est pas la solution. Ce qu’il faut, c’est une concertation permanente avec tous les acteurs.
C’est surtout une présence quotidienne, un travail fastidieux mais efficace sur chaque tas de détritus,
sur chaque cage d’escalier, sur chaque rue et sur chaque cour. Mais pour cela il faut habiter sa ville,
la connaître, l’aimer, lui donner une ambition et un cap. Il faut surtout y être constamment présent
et ne pas donner la priorité au chiffre d’affaires immobilier et à d’autres activités, aussi mystérieuses
que la fameuse « réserve parlementaire » qu’on dégaine en période électorale. Alors espérons que
la Loi nous débarrassera bientôt, sinon des rétro-commissions et des magouilles, tout au moins de
néfastes cumuls.

Thierry BESANCON, président du Groupe AGIR Ensemble pour Chaville

mardi 9 avril 2013

Manque d'enseignants aux IRIS



Les élus de l’opposition de gauche du Conseil Municipal appartenant au groupe AGIR s’étonnent de la passivité de la municipalité face à l’inacceptable situation qui s’est installée à l’Ecole Maternelle des Iris depuis des mois : deux enseignantes non remplacées ! le développement personnel des enfants en est perturbé, les parents sont légitimement inquiets et la sécurité de l’école est impactée par l’absence durable de deux personnels adultes.

Les élus AGIR s’étonnent qu’ils n’aient pas été, tout comme leurs collègues semble-t-il, officiellement tenus au courant de la situation. Dans ce domaine comme dans d’autres (propreté, sécurité, solidarité) ils ne peuvent que constater les conséquences dommageables pour la ville de l’absentéisme, du cumul des mandats et du manque d’implication dans le quotidien chavillois. Cependant ils restent prêts à s’associer s’il y a lieu à toute réaction sérieuse du maire. A défaut, ils interviendront directement auprès des services concernés de l’Etat en liaison avec les Associations.

mercredi 27 mars 2013

Budget 2013 : toujours plus d’impôts et des investissements discutables



Le Conseil Municipal a débattu du budget 2013 de la commune, proposé par l’actuelle municipalité. Celle-ci s’illustre surtout par sa volonté de taxer les Chavillois avec une nouvelle hausse de 1,8% (augmentation nationale des bases) qui nous maintient dans le « top five » des villes les plus imposées du 92. C’était pourtant inutile, nous l’avions déjà écrit, vu les maxi-cessions de terrains communaux aux promoteurs du Centre-Ville. Notre proposition était de diminuer de 1,8% pour équilibrer la hausse des bases. Elle a été bien sûr refusée par le maire, ses amis et l’élu MODEM. C’est qu’augmenter constamment les impôts en faisant construire du résidentiel est aussi une tactique : que ceux qui ne peuvent plus payer s’en aillent et laissent la place aux acquéreurs, supposés ancrer la ville à droite.
Quant à la bordée d’investissements programmés au budget 2013, donc pour 2014 (année d’élections municipales), deux surtout posent problème.
D’abord, la réfection des trois courts couverts situés au fond des emprises du Club de Tennis de Chaville, rue Alexis Maneyrol (côté RER). Elle s’impose depuis longtemps mais 1,7 millions d’euros c’est beaucoup. Il y a plus grave. Cette zone recouvrant un ancien étang est très humide. On va bien sûr y céder des surfaces aux promoteurs (on n’a pu cependant nous préciser à quel prix…) qui voudront construire les sempiternels immeubles haut-de-gamme chers à l’UMP locale. Contrairement à la résidence voisine ils auront des parkings souterrains d’où une pression supplémentaire sur un terrain spongieux. L’humidité remontera bien sûr sous le reste, à savoir les tennis refaits, couverts d’une structure lourde. N’y a-t-il pas mieux et moins risqué à faire ? Quid de semi-privatiser cette zone et des autres associations (bridge et autres) qu’il faut déloger pour cela ?
Quant à la future MJC, le maître d’ouvrage en est devenu GPSO au travers de sa société d’aménagement mais qui paie le gros des travaux qui dépassent déjà 6 millions d’euros, sans compter les éventuels frais d’entreprise générale ? La ville. La commission d’appels d’offres, déjà réunie trois fois, peine à finaliser les contrats avec les entreprises ce qui retarde le transfert de la MJC dans ses nouveaux locaux, alors qu’elle vit difficilement au beau milieu des chantiers. Pourquoi alors avoir torpillé le projet initial qui incluait ce grand centre d’accueil qui manque aujourd’hui à nos enfants? Pourquoi cette architecture insolite au milieu du conformisme des promoteurs, promus urbanistes ? Elémentaire : parce que le « nouveau centre-ville » n’a pas été vraiment pensé. Il est seulement posé là, par soustraction.
NB Le groupe des 5 conseillers municipaux AGIR est maintenant présidé par Thierry BESANCON
Thierry Besançon, Catherine Griveau, Nelly Florent, Jean Levain, Jacques Rivier.

lundi 25 mars 2013

Compte rendu succinct du Conseil Municipal du 25 mars 2013



1.      Administration générale. Finances. Intercommunalité.
Notre groupe a voté contre la fixation des taux 2013 des contributions directes et le chapitre Impôts et Taxes du budget 2013. La majorité a adopté une stabilité des taux qui conduit avec la revalorisation des bases fiscales de 1,8% à une hausse des impôts locaux de ce pourcentage en 2013. Notre groupe a proposé une baisse des taux de 1,8% pour annuler l’effet de la revalorisation des bases, baisse qui ne posait aucun problème sur l’équilibre du budget.
Notre groupe s’est abstenu sur :
-          la reprise anticipée de l’excédent très important de 2012 (3,9 M d’euros)
-          en dépenses de fonctionnement du budget 2013, les chapitres relatifs aux charges à caractère général, aux charges de personnel, aux autres charges de gestion courante, aux dépenses imprévues et au virement à la section d’investissement
-          en recettes de fonctionnement du budget 2013, le résultat reporté
-          en dépenses d’investissement du budget 2013, les chapitres portant sur les immobilisations corporelles,  la ZAC du Centre-Ville, la construction de la nouvelle MJC au coût élevé et dont le démarrage des travaux est encore reporté, la rénovation non urgente du bâtiment de la Mairie, la rénovation fort chère des tennis couverts rue Alexis Maneyrol, les études d’organisation très élevées de la future rénovation du groupe scolaire Anatole France
-          en recettes d’investissement du budget 2013, le résultat reporté, les excédents de fonctionnement capitalisés, le virement de la section de fonctionnement, qui conduisent à un autofinancement très élevé
-          la mise à jour des effectifs communaux.
Notre groupe a voté pour :
-          les autres chapitres du budget 2013
-          l’attribution 2013 des subventions communales aux associations en interrogeant la Municipalité sur l’intérêt pour les Chavillois de dépenser 25000 euros pour accueillir en septembre à l’Atrium un salon des biographes
-          l’accord local de dématérialisation des pièces justificatives et des documents budgétaires
-          le programme d’accès à l’emploi titulaire pour le personnel contractuel
-          le 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée.
2.      Aménagement urbain. Développement durable. Economie.
Notre groupe s’est abstenu sur l’acquisition en VEFA de la future halle du marché, de petite dimension (300 m2) et dans le cadre d’une procédure compliquée avec le promoteur.
Notre groupe a voté pour :
-          l’échange de terrains avec la Société Emmaüs Habitat à la Cité des Châtres Sacs
-          le dépôt de demande d’une autorisation d’installer une enseigne au local loué pour le service Logement au 1845 avenue Salengro
-          le dépôt de demandes d’autorisations pour changer les menuiseries des logements des écoles
-          l’approbation de la Charte de l’eau pour le territoire Plaines et Coteaux de la Seine centrale urbaine.
3.      Equipements communaux. Réseaux. Sécurité. Citoyenneté.
Notre groupe s’est abstenu sur l’attribution du marché de travaux et la demande de subvention au Conseil Général pour la rénovation des trois courts couverts de tennis rue Alexis Maneyrol, pour un coût de 1,7M d’euros !
Notre groupe a voté pour :
-          le marché de travaux et la demande de subvention au Conseil Général pour la rénovation nécessaire du gymnase Léo Lagrange
-          l’approbation de l’acte constitutif du groupement de commandes pour l’achat de gaz lancé par le SIGEIF
-          l’enfouissement des réseaux dans le quartier de la Sente Castel
-          le renouvellement de l’adhésion de la Ville à l’Association des Villes Marraines.
4.      Famille. Enfance. Jeunesse. Vie locale.
Notre groupe a voté pour le nouveau système de participation des familles aux dispositifs Jeunesse et Sport, accepté par les associations de Parents d’élèves, ainsi que le rapport d’activités 2012 du SICESS (hôpital des quatre Villes).