mercredi 17 avril 2013

Encore des impôts…mais pour quoi faire ?

Les élus UMP/Nouveau Centre et leur élu « Modem » local l’auront voulu : + 1,8%. C’est ce que liront
les Chavillois sur leur feuille d’impôts. Inutile d’invoquer les bases d’imposition, la Gauche, la Droite,
les bilans précédents, les banques et coetera, cette hausse est et reste inutile.

Ainsi s’achève le bilan de Jean-Jacques GUILLET, député devenu maire. C’est en effet le dernier
exercice budgétaire complet avant les municipales de 2014. Après un inutile pic de taux de 15% suivi
de deux descentes à 5% le yo-yo fiscal repart, dessinant le profil d’une étape de montagne du Tour
de France … Amateurisme ? Non, dopage de propagande calculé par un élu qui devrait pourtant
s’interdire de parler finances et celles de Chaville ont toujours été saines.

Dernier en date et triste subterfuge, il fait dénoncer par sa majorité les règles de péréquation entre
collectivités « riches » et « pauvres ». On en veut aux communes riches, paraît-il. Les pauvres !
Subterfuge car notre richissime agglomération GPSO compensera Chaville. Triste car même en temps
de crise, la solidarité ne fait pas partie du vocabulaire de la plupart de ces élus.

Ils cherchent au contraire à faire oublier, par des effets d’annonce sur des investissements colossaux
(15 millions soit les 2/3 du budget de la ville !!!) et malgré nos observations, leur désintérêt pour les
vrais sujets chavillois. C’est vrai de leur faible réactivité face au déficit d’enseignants dans les écoles
(contrecoup prévisible des « réformes » sarkozystes). C’est vrai de la forte baisse des budgets sociaux
pourtant critiquée, à juste titre, par nos Associations. C’est vrai aussi de la sécurité publique.

Arnaques aux numéros d’appel inondant les boîtes aux lettres, non-gestion des copropriétés
commerciales attirant un commerce interlope, rues toujours plus sales encourageant l’incivisme,
recrudescence des cambriolages organisés en particulier vers l’Ursine, mauvaise gestion des caméras
de surveillance, avenue Salengro accidentogène alors qu’il faudrait toujours davantage protéger et
encourager piétons et vélos par des circulations continues, bâtiments abandonnés depuis cinq ans.

Se contenter d’asticoter la Police Nationale ou de faire installer des radars « rentables » hors les
murs n’est pas la solution. Ce qu’il faut, c’est une concertation permanente avec tous les acteurs.
C’est surtout une présence quotidienne, un travail fastidieux mais efficace sur chaque tas de détritus,
sur chaque cage d’escalier, sur chaque rue et sur chaque cour. Mais pour cela il faut habiter sa ville,
la connaître, l’aimer, lui donner une ambition et un cap. Il faut surtout y être constamment présent
et ne pas donner la priorité au chiffre d’affaires immobilier et à d’autres activités, aussi mystérieuses
que la fameuse « réserve parlementaire » qu’on dégaine en période électorale. Alors espérons que
la Loi nous débarrassera bientôt, sinon des rétro-commissions et des magouilles, tout au moins de
néfastes cumuls.

Thierry BESANCON, président du Groupe AGIR Ensemble pour Chaville

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire